Auto-guérison : par où commencer ?

Auto-guérison : par où commencer ?

 

Dans la durée, tout ne s’est pas déroulé aussi clairement qu’exposé précédemment. Ainsi, après quelques années à m’occuper de mon dos, de façon plus ou moins consciente, en pensant parfois que « j’ai tout essayé ! », me rendre compte que j’ai complètement occulté certaines choses.

Avoir des facilités pour faire quelques exercices physiques comme la musculation et la souplesse. J’y voyais un intérêt et je pouvais même continuer à travailler en même temps (écouter des podcasts par exemple) !

Mais ne pas m’être attelé plus que cela à relâcher mon attachement à mon ego plein de volonté de faire et de réussir. Puis prendre conscience que, si mes tensions avaient duré jusqu’à maintenant, c’était peut-être parce que je n’avais pas fait l’essentiel.

Ainsi m’occuper des questions plus émotionnelles et mentales et finalement observer un changement radical.

 

“ Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va. ” – Sénèque

Auto-guerison par ou commencer

 

Déterminer les priorités de son auto-guérison

 

Je le disais en introduction de cette partie : déterminer les priorités est primordial !

Faut-il éliminer les déchets et les blocages en priorité, si par exemple les stocks sont encore plutôt bons, ou faut-il restaurer les stocks en priorité ? Est-ce possible de limiter le Yang dans l’immédiat ou faut-il avant tout que je me renforce ?

Ce cinquième point du rétablissement de la santé repose sur notre qualité de conscience, c’est-à-dire notre habitude à bien discerner, mettre de la lumière sur ce que nous vivons.

Et donc sur notre connaissance de nous-même.

Si nous nous lançons dans une détoxification physique de notre organisme alors que nos fonctions d’élimination sont en berne, nous allons simplement nous intoxiquer davantage. Nous allons libérer des toxines jusqu’à maintenant bien cachées dans nos cellules qui resteront bloquées dans notre sang puisque les émonctoires font mal leur travail. Il est donc évident qu’il faudra bien s’occuper d’eux avant de détoxifier.

Il en est de même d’un point de vue émotionnel ou mental : il y a des priorités. Apprenons à vivre et ressentir nos émotions avant de faire des choix radicaux qui mettent en péril notre vie familiale par exemple.

Si nous fuyons une situation pour la reproduire plus tard, tous ces changements nous demanderont énormément d’adaptation… pour rien. Ce sont nos choix qui nous ont menés là où nous sommes, si cela ne nous convient pas apprenons à faire des choix grâce à la connaissance avisée de nous-même.

Mais cessons de faire des choix sous le coup de l’émotion ou de l’ignorance, par exemple par colère, frustration ou peur, car ils nous mèneront aux mêmes culs-de-sac : des situations toujours compliquées, des relations toujours conflictuelles, une santé toujours à bout de souffle.

 

Vos choix de guérison

 

De plus, trop souvent les choix pour guérir sont faits par goût et facilité : on mange déjà bien et on fait des efforts considérables pour pouvoir manger… un petit peu mieux. Simplement parce que ces efforts nous paraissent plus faciles.

J’ai vu trop souvent des gens pour qui il était évident que le blocage était émotionnel s’occuper essentiellement… de leur alimentation. Et le comble, c’est que j’ai aussi vu souvent l’exact inverse.

Rappelez-vous : occupez-vous de l’endroit en vous qui n’a pas de vitalité, qui est bloqué, qui est invisible, caché, et non de ce qui en vous est déjà bien vivant. Même si vous pouvez bien sûr faire mieux, car on peut toujours faire mieux !

Faites le minimum d’action pour le maximum de résultats, engagez un travail personnel loin de tout ce que vous avez déjà fait jusqu’à maintenant. Visitez des zones de vous insoupçonnées.

Regardez bien en vous ce que vous ne voulez pas faire, pas voir… et faites-le ! Faites-vous aider au besoin. Même s’il est évident que la vie vous aide déjà en créant toutes les conditions nécessaires pour que vous puissiez entendre, voir, vivre et transformer tout ce qui est nécessaire.

Ainsi, il suffit souvent de vivre à fond toutes les difficultés auxquelles vous avez à faire face, en pleine conscience et en pleine… confiance. Car rappelez-vous : tout n’est que symptôme finalement. Car l’homéostasie de la vie se charge toujours de créer les conditions nécessaires à votre transformation.

Pour cela, faites confiance à vos pires ennemis qui sont parfaits pour révéler vos failles et faiblesses. Ils sont en réalité des bénédictions. Car ils font ressortir vos blessures et mettent en valeur l’attachement à votre ego. Tandis que vos amis ont tendance à vous flatter et renforcer du même coup cet attachement.

La connaissance de vous-même et donc la qualité de votre conscience et de votre discernement est primordiale pour guérir.

 

Cliquez ici maintenant pour continuer la lecture »

 

Extrait du livre, Je choisis de guérir de Fabien Malgrand. 

 

Lire aussi..

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Email auto-guerison

Pour suivre son actualité tout en boostant ta santé et en te reconnectant à ta source

  • des emails courts et concrets !
  • des choses dont je ne parle pas en public
  • Déjà des milliers d'abonnés