Les 5 niveaux de conscience

Le pouvoir personnel

0% de pouvoir personnel : croire que mes problèmes viennent des autres, du passé ou des circonstances.
25% de pouvoir personnel : découvrir le développement personnel, apprendre à me reprogrammer, à décider de certaines pensées ou croyances.
50% de pouvoir personnel : apprendre à m’aimer tel que je suis, ressentir de la gratitude et du contentement d’être moi. Ne plus être
déstabilisé.
75% de pouvoir personnel : ne plus chercher à être, lâcher prise et me purifier à chaque instant, observer que le monde n’est que mon miroir, que l’extérieur reflète uniquement mes pensées.
100% de … ?

Dualité ou unité ?

J’hésite parfois à aborder l’idée de « niveaux » de conscience car cela pourrait sous-entendre qu’il y a des personnes meilleures que d’autres. Or comme nous ne sommes qu’Un, expérimentant à loisir la dualité, il n’y a pas, de ce point de vue, de niveau meilleur qu’un autre. Chacun vit ce qu’il a à vivre. Au moment où il a besoin de le vivre. 

Du point de vue de la santé, nous admettrons volontiers que s’il y a des niveaux de santé physique, il y a aussi des niveaux de santé émotionnelle, mentale et… spirituelle. 

Ce que j’appellerai ici le niveau de conscience, décrit donc le niveau de santé spirituelle, la capacité plus ou moins grande à être en paix, sans lutte, sans « symptôme » spirituel, sans attachement au monde de la dualité et à l’égo.

Là où nous avons tendance à penser les niveaux de conscience comme des marches montantes, je vous propose une lecture descendante. Une descente depuis l’extrême yang, l’extrême attachement à l’égo, au monde extérieur, vers le yin le plus profond, la fusion totale avec la source, le retour à l’Unité et donc l’illumination, l’éveil. 

C’est la cessation totale de la souffrance dont parlent les Bouddhistes, ou la réalisation du divin chez les Hindouistes. Nombre de religions en parlent à l’origine d’une manière plus ou moins imagée. L’Unité expérimente la dualité à travers l’incarnation d’une persona. Prise dans le tumulte de cette vie duelle, créée par le mental séparateur dont elle s’est dotée, celle-ci s’attache à ce monde illusoire, recherche une permanence là où il n’y en a pas, s’identifie à un « moi » irréel et en souffre d’autant. 

Jusqu’à ce qu’elle comprenne que cette souffrance vient seulement et uniquement d’elle. 

Dans cette description les niveaux de conscience trace un chemin. Le chemin emprunté vers l’éveil, la fusion avec l’Un. C’est un balisage, une description précise de l’endroit où nous nous trouvons sur ce chemin ainsi qu’une idée détaillée de ce qu’il nous reste à parcourir. Dans cette vie ou une autre. Le temps n’existant pas pour l’Unité, rien n’est pressé de ce point de vue-là. 

Cela détermine seulement le temps que nous allons mettre à tourner en rond ou non dans cette vie incarnée. Ce chemin n’est pas un escalier, nous ne sautons pas les marches d’un coup, sauf de façon très limitée et ponctuelle comme nous le verrons plus tard. 

Nous allons plutôt glisser doucement d’un niveau à l’autre, même si certains évènements peuvent précipiter les choses. Il y a donc des nuances dans chaque niveau. 

Nous pourrions même décomposer chaque niveau encore en cinq sous niveaux. Mais pour une première compréhension, limitons-nous à décrire globalement ces cinq niveaux de conscience.

Les niveaux de conscience

Les niveaux de conscience

Niveau Hyper Yang

Ici, nous sommes profondément esclaves de notre ego, attachés à nos « histoires personnelles ». Ceci ne nous empêche pas de nous mêler de celles des autres d’ailleurs, au contraire, nous aimons commenter et juger l’extérieur

À fond dans le yang, nous recherchons et nous nous attachons avant tout à la quantité. Que ce soit d’un point de vue matériel, financier, relationnel, alimentaire, etc. Il nous faut des histoires à raconter et à commenter. 

Puisque nous sommes dans le yang, il faut des stimulations fortes et rapides, visuelles, auditives et gustatives : selon chacun cela peut-être les sodas, l’alcool, le café, la télévision, les réseaux sociaux, la radio, les jeux vidéo, la musique, la ville, les sorties, les restaurants et bars bruyants, le travail, les choses à faire, voire même les gens à aider. 

Le maximum de choses possibles, du matin jusqu’au soir. Au réveil, se jeter sur la radio, les réseaux sociaux, ou la télévision et même s’endormir avec ! 

C’est le niveau de conscience principale de la majorité des gens dans le monde d’aujourd’hui. La société industrielle et commerciale entraîne les gens dans sa course folle.

Niveau Yang

Ici, nous pensons encore à tout en même temps, mais de manière plus positive, optimiste, volontaire. Nous commençons à nous sentir responsables et nous voulons nous prendre en main. Nous ne sommes encore pas très connectés aux sensations du corps, à part d’une manière ponctuelle comme lorsque nous faisons  du sport, ou que nous sommes attentifs à notre nutrition.

Ce sont souvent les sportifs, les entrepreneurs, les coachs en développement personnel, les thérapeutes, en fait les personnes qui progressent, qui ouvrent leur conscience, qui « travaillent » sur eux pour progresser, qui acceptent une remise en question. 

Ici nous sommes encore dans le yang : hyper actifs, hyper créatifs, hyper occupés, remplis de désirs de réussite, de succès visibles, de relations, mais nous sommes un peu plus responsables. Nous parlons moins des autres, mais nous pensons encore beaucoup à nous ! Car l’attachement à l’ego est toujours très fort. Souvent, il est même encouragé puisque nous commençons ici à apprendre à nous aimer, tels que nous sommes. Mais ce « nous » est encore complètement illusoire, c’est toujours notre ego rempli de désirs, de peurs, de blessures du passé et d’attentes du futur. 

C’est juste que nous commençons à vouloir reprendre notre pouvoir personnel. Alors nous lisons des livres de développement personnel, nous cherchons à devenir plus efficaces, nous apprenons à prendre soin de nous. Nous commençons à relativiser. 

Nous percevons que nous avons accumulé trop de tensions psychiques, mais qu’il existe une démarche volontaire pour régler ça. Nous commençons à faire des choix responsables dans notre vie.

Niveau d'Équilibre

Ce niveau est particulier, puisqu’il représente pour la conscience un niveau d’équilibre yin yang. Ainsi, en tant qu’équilibre, il est à la fois plus stable, plus reposant, mais aussi moins engagé dans l’amélioration de soi. Car ici en général, ça va plutôt bien. Il y a donc comme une inertie à rester dans cet état, sans chercher à glisser plus profondément dans le yin

Nous sommes beaucoup moins esclaves de nos désirs, nous ressassons moins le passé, nous sommes plus dans l’ici et maintenant. En général, le lien avec la nature est bon. Et la santé est plutôt bonne, car les tensions intérieures sont limitées. La vie est plus pratique, pragmatique, les sens plus ouverts à ce qui se passe dans la nature. Nous sommes, pour l’autre, une présence plutôt rassurante, apaisante, car nous avons moins d’attentes (yang) et nous ne sommes pas déstabilisés facilement

N’oubliez pas que le caractère visible de l’extérieur peut toujours être plutôt yang (extraverti) ou plutôt yin (introverti) en fonction de la persona mais cela ne dit rien du niveau de conscience. Les choses sont vécues intérieurement sans trop de questions. La vie est plus facilement acceptée telle qu’elle est. « Il ne sert à rien de lutter ». Les ambitions sont limitées. Nous ne nous mêlons plus spécialement de la vie des autres et ce genre de personnes sont plus faciles à trouver dans les campagnes ou dans les pays non industrialisés. 

C’est le magnétiseur du village, l’agriculteur solitaire, la sage-femme rassurante. Ce sont des personnes plutôt saines, équilibrées, adaptées, sans trop d’ambitions (et cela ne veut pas dire sans talents, au contraire), sans trop de désirs

Mais ce niveau d’équilibre, lui, n’a pas forcément l’ambition d’être « plus » comme dans les niveaux d’au dessus. Il recherche la qualité, certes. Mais il est ce qu’il est, c’est tout. Avec ses émotions, ses peurs, ses désirs, et c’est parfait ainsi ! 

Cependant, la prise de conscience n’est pas encore optimale. Il pourrait plonger dans le yin, mais n’en ressent pas forcément le besoin. C’est en cela que je parlais d’une inertie un peu plus tôt.

Les niveaux de conscience Fabien Malgrand

Niveau Yin

Ce niveau se distingue du précédent par le fait qu’il y a un appel intérieur pressant à plonger profondément dans l’Unité. Ce n’est plus un appel à grandir, comme dans les niveaux yang, mais plutôt un glissement inéluctable vers le yin, sur un chemin pourtant encore parsemé d’embûches intérieures. 

Ainsi ici nous recherchons la cohérence la plus parfaite, la purification et le minimalisme. C’est-à-dire retrouver notre qualité la plus pure, regarder nos démons et nos ombres en face, panser nos blessures, se libérer de nos hontes, comme se libérer de nos attachements à la réussite, au succès, à nos désirs et à nos attentes. Bref à notre ego. 

Nous ne cherchons plus du tout le bonheur ailleurs : ni dans l’autre, ni dans le futur, ni dans le passé, ni dans les circonstances extérieures. Nulle part ailleurs qu’en soi. Le regard est exclusivement tourné vers l’intérieur, puisque l’extérieur n’est que son reflet. Nous ne commentons donc plus la vie des autres, nous ne donnons pas notre avis et nos jugements. 

Nous ne réagissons pas aux situations, nous ne pensons pas que les choses devraient être faites d’une certaine façon, que les gens nous veulent du mal ou que les circonstances sont mauvaises. Et nous n’attendons pas de récompenses du futur ni d’obtenir quoique ce soit pour être heureux

Nous recherchons seulement en nous ce que l’extérieur, l’autre, les évènements disent de nous. Si l’on est thérapeute ou coach, nous savons que le patient n’est là que pour nous soigner nous-même. Si nous sommes patron, nous savons que nos employés, et leurs réactions, ne sont que des émanations de nous-même. Si nous sommes employés, l’entreprise dans laquelle nous travaillons n’est que notre propre miroir. 

Le couple aussi prend un tout autre sens. La prise de conscience se fait : tout ce que je vis ne dépend que de moi. Donc nous ne pouvons pas être blessés par des évènements, des mots, des actes ou quoi que ce soit. Qui aurait l’idée de se fâcher contre les acteurs d’une pièce de théâtre, si le scénario ne nous plait pas ? Tout ce que nous vivons n’est ici qu’une grande représentation extérieure d’un scénario intérieur, décidé par notre attachement à l’ego, à notre passé, à la promesse ou la peur d’un futur. 

Le monde est le miroir de ce que nous sommes et il ne sert donc à rien de vouloir changer le monde. L’important est de se purifier soi-même. Nous laissons ici la possibilité aux autres d’être qui ils sont, car nous avons compris que nous voyons non pas ce qu’ils sont, mais seulement une version d’eux, dont nous avons besoin pour rentrer en relation avec nous-même

Ils sont comme des projecteurs, nous donnant la possibilité de voir qui nous sommes, et donc de créer une nouvelle version de nous-même. Un peu plus vraie et sincère. Quand je n’aurai plus besoin de cette version d’eux, quand je n’aurai plus besoin de leur projecteur, alors elle n’aura plus lieu d’exister pour moi. On pourra alors penser qu’ils ont changé, alors qu’en réalité j’aurai changé moi-même. Et c’est une nouvelle version d’eux-même qui rentrera en raisonnance avec moi.

Niveau Yin Absolu

La descente continue et fusionne ici totalement avec l’Anima. Le retour à l’Unité originelle. L’installation dans le flow permanent, sans aucune résistance. Sans passé, sans futur, seulement dans l’instant. C’est le niveau des maîtres réalisés. 

Toute racine de souffrance a disparu. C’est ce que nous nommons l’éveil, l’illumination, la réalisation du divin… Le coeur est tellement purifié qu’il est effectivement totalement vide. Vide de pensées, d’intentions, de volontés, de jugements, de désirs, de peurs, d’attachement, d’illusions. Il est un canal pur pour le passage de la Vie, de l’Amour inconditionnel. 

Ici, nous sommes un instrument approprié pour réellement aider les autres, car la paix intérieure que nous éprouvons et l’amour que nous transmettons transforme instantanément toute personne autour. Comme le soleil, c’est un rayonnement naturel qui guérit et réchauffe les coeurs bien plus que n’importe quelle activité réalisée dans le monde physique. 

Chacun de nos mots, chacun de nos actes est une guérison, car tout est totalement créé depuis la pure conscience, l’Un. 

Il n’y a « personne » pour en faire l’expérience. Pas de « je ». Le « je » n’est plus. La fusion s’est faite avec l’Un. Et de mon côté, si j’en ai le goût et l’intuition, je n’en suis pas là. Je ne glisse vers ce yin que de manière très ponctuelle, en particulier lors de pratiques internes ou parfois lors de soins, de stages ou de voyages, mais ce n’est donc pas un niveau de conscience, car il n’est pas vécu à chaque instant au quotidien

Car justement, avant de finir, je souhaite rappeler que si la majorité des personnes passent leur vie dans un seul et même niveau de conscience, la personne engagée dans sa transformation va, elle, glisser très doucement de niveau en niveau, et possiblement vivre des sortes d’aller-retour. Elle ne s’installe pas vraiment dans un niveau de façon formelle, mais navigue entre eux, au gré des guérisons opérées. 

Nous pourrions donc dire que le niveau de conscience n’est pas un point, mais une moyenne. Tous les principes de la guérison décrits dans ce livre nous permettent de plonger dans le yin, qu’ils soient physiques, émotionnels, mentaux ou spirituels. Le but est de s’y installer à long terme et non de manière ponctuelle créée par je ne sais quel artifice…

Lire aussi..

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Email auto-guerison

Pour suivre son actualité tout en boostant ta santé et en te reconnectant à ta source