Les symptômes de guérison

Aller voir régulièrement un très bon praticien de médecine chinoise et à chaque fois observer que je suis malade la semaine suivante.

Comme il ne m’explique pas et que j’ignore les symptômes de guérison, finir par penser qu’il me détraque plus qu’il me soigne et arrêter de le consulter.

Puis moi-même, en tant que thérapeute, commencer à observer cela : des symptômes surviennent rapidement après les soins que j’avais cru particulièrement efficaces.

Être gêné, puis petit à petit commencer à assumer. Observer que si je dis à la personne de ne rien faire et d’accueillir, alors sa guérison s’opère très rapidement.

Petit à petit, observer les mêmes mécanismes pour moi. À la suite de mes problèmes de colon et à mes compréhensions profondes sur la santé, mettre enfin toutes les énergies de mon côté pour favoriser la vie et donc la guérison.

Observer des phénomènes étranges de réapparition de vieilles sensations et douleurs, pour certaines remontant à très loin !

Réapparition de vieux souvenirs, de vieilles émotions bloquées, de douleurs me replongeant instantanément dans des périodes de vie complètement effacées de ma mémoire… (Enfin, c’est ce que je croyais !)

Puis disparition définitive de ces symptômes de guérison…

 

Les causes des symptômes

 

Comme nous l’avons vu, la solution se trouve toujours là où il n’y a pas de vitalité, donc d’énergie, donc de santé. Là où nous ne voyons rien et où nous ne ressentons rien. Là où il n’y a pas de conscience.

Nous nous focalisons sur les champignons, mais la solution est dans la fenêtre que l’on n’ouvre jamais pour que l’air circule.

La solution se trouve là où il n’y a pas de vitalité (la fenêtre n’est jamais ouverte), mais pas dans les champignons pleins de vitalité (grâce à l’humidité ambiante) pour se reproduire.

De même le muscle qui nous fait mal… c’est celui qui fonctionne et qui compense ! Tandis que se cache un muscle anesthésié quelque part ! Et c’est lui qui est bloqué, sans vie.

Il en va ainsi de notre vie relationnelle ! Par exemple, un conflit violent avec notre enfant vient souvent simplement de notre peur de ne pas être aimé, et donc de notre incapacité à poser nos limites. Au lieu de se focaliser sur ce symptôme visible et apprendre des méthodes pour parler à notre enfant, le problème sera résolu tout simplement en s’occupant de cette peur ! Tous les jours en stage j’observe cela !

Travailler sur la cause et non sur le symptôme change tout, bien plus efficacement et rapidement que toute autre action focalisée sur le problème que nous voulons régler !

Parce que si nous ne sommes pas focalisés sur le problème, que nous cherchons la solution « out of the box », et qu’enfin nous procédons aux changements nécessaires tels que décrits dans les chapitres précédents, la vitalité va revenir précisément ici, dans cette zone oubliée !

Et cette fois-ci, comme il y aura enfin assez de vie et donc de forces d’auto-guérison disponibles, le corps (ou la vie relationnelle !) sera finalement capable de guérir ce qu’il faut guérir, mobilisant tout le métabolisme et toutes nos qualités pour cela.

Les symptômes de guérison

 

Les symptômes de guérison

 

Dans son retour à l’équilibre, il est fort possible qu’il crée aussi ce que j’appelle des « symptômes de guérison ».

Revenons sur les champignons. Que va-t-il se passer lorsque nous ouvrons la fenêtre ? L’humidité ambiante pouvant s’échapper enfin par la fenêtre, elle se fait plus rare, ainsi les champignons manquent de cette humidité, et redoublent de vigueur pour la trouver. Je rappelle que c’est ici qu’il y a de la vitalité à la base !

Et donc nous risquons d’observer une augmentation des champignons… un regain d’énergie avant qu’ils ne meurent totalement, ne pouvant plus se nourrir de cette humidité disparue… Cette augmentation des champignons est un symptôme de guérison.

L’empêcher, c’est empêcher la guérison.

Ces symptômes de guérison se manifestent de nombreuses manières différentes :

1/ Soit il y a un retour de symptômes, le mal s’aggrave ou bien une souffrance disparue depuis des années réapparait (comme une véritable crise de guérison, pleine de vitalité !), c’est donc l’exemple des champignons qui redoublent de vitalité avant de disparaître.

2/ Soit cela se déplace de l’intérieur (le yin, non manifesté, en profondeur) à l’extérieur (plus yang, plus manifesté), car il y a enfin la force d’évacuer les toxines profondément enfouies jusqu’alors, créant par exemple des rougeurs, des sueurs, des diarrhées, toutes sortes d’éruptions cutanées, des bouffées de chaleur, des picotements, mais aussi des remontées d’émotions enfouies, une résurgence de souvenirs oubliés et des difficultés de concentration, etc.

3/ Soit les symptômes se déplacent = une douleur au ventre disparait tandis qu’une autre apparait dans les pieds, suivant les trajets des méridiens d’acupuncture, mais c’est une autre histoire que nous ne développerons pas ici. Alors que faire avec ces symptômes de guérison ?

 

Cliquez ici maintenant pour continuer la lecture »

 

Extrait du livre, Je choisis de guérir de Fabien Malgrand. 

 

Lire aussi..

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Email auto-guerison

Pour suivre son actualité tout en boostant ta santé et en te reconnectant à ta source